Pôle DFN : 40 % d’écoliers de Ouagadougou (Burkina Faso) carencés en vitamine A et autant d’écoliers anémiés

Vivre en milieu urbain ne met pas à l’abri des carences. Tel est le premier constat de l’étude menée par Charles Daboné dans le cadre de son projet de doctorat sur le double fardeau de la malnutrition en milieu scolaire urbain. Charles Daboné est candidat PhD au département de nutrition de l’Université de Montréal et boursier du Programme Canadien de Bourses de la Francophonie (PCBF). Entre octobre 2008 et mars 2009 il a recueilli des données sur l’état nutritionnel de 800 enfants scolarisés dans 12 écoles primaires publiques et privées de Ouagadougou. Plus de deux enfants sur cinq ont une rétinolémie basse ou une anémie. Ces premiers résultats montrent clairement que les carences restent encore des problèmes majeurs de santé publique chez les enfants d’âge scolaire et que ceux qui vivent dans les zones urbaines ne sont pas épargnés récusant ainsi ce qui est habituellement supposé. L’analyse ultérieure des données concernant l’anthropométrie, les lipides sanguins la tension artérielle et l’exploitation des questionnaires, sur les habitudes d’alimentation et de vie et sur les pratiques d’hygiène en particulier, documenteront d’une façon très complète et pour la première fois la situation nutritionnelle des enfants d’âge scolaire de la ville de Ouagadougou. L’étude de Charles Daboné est donc une « première ». En tant qu’étude de base pour l’Initiative des Écoles amies de la nutrition elle va permettre d’orienter les actions prioritaires à mettre en œuvre.