La lutte contre le DFN se poursuit au Bénin !

 

L’IRSP et le département de nutrition de l’UdeM mettent en place un projet de prévention primaire contre le diabète.

Le Projet de Prévention du Diabète (PréDiBe) est né de la collaboration entre l’Université de Montréal du Canada et l’Institut Régional de Santé Publique (IRSP) du Bénin avec l’appui financier de la Fondation Mondiale de Diabète.

Ce projet se fait en collaboration avec la Mairie de Tchaourou, le Ministère de la santé à travers la Zone Sanitaire de Tchaourou et le Programme National de Lutte contre les Maladies Non Transmissibles, le CERPA, le Centre de Promotion Sociale de Tchaourou.

Ce projet de 4 ans (2015-2019) cible principalement les sujets à haut risque de diabète dans six villages dont quatre feront l’objet d’une intervention intensive sur le mode de vie alors que les deux autres suivent une intervention à minima. Les cibles secondaires sont le personnel de santé, les pairs éducateurs, les responsables d’ONGs et associations locales, les rois et élus locaux et les chefs religieux voire toute la population.

Le projet vise à réduire de 10% les cas incidents de diabète chez les sujets à haut risque de diabète en :

  • réduisant de 10%, la prévalence de l’obésité globale et abdominale
  • réduisant de 10%, la prévalence de l’hypertension artérielle
  • augmentant de 30%, la proportion de sujets ayant adopté la pratique de l’activité physique
  • augmentant de 30%, la proportion de sujets ayant adopté une alimentation riche en fruits et légumes (au moins cinq portions/j).
  • augmentant de 30%, l’accessibilité des fruits et légumes
  • améliorant de 80%, la proportion du personnel de santé capable de dépister et de faire un counseling pour la prévention du DT2.

Au regard de ces objectifs, les stratégies prévues sont:

  • l’organisation des sujets en groupe de soutien de 10 personnes
  • l’éducation nutritionnelle avec des démonstrations culinaires
  • la promotion de l’activité physique individuelle et/ou en groupe
  • la promotion du Jardin familial
  • la formation du personnel de santé sur le dépistage des sujets à risque et le counseling pour la prévention du diabète
  • l’organisation du suivi de proximité par les pairs-éducateurs à travers l’appui aux groupes de soutien et les visites aux domiciles des sujets à risque.

Les assistants sociaux, les  techniciens agricoles, les nutritionnistes et les éducateurs d’activité physique sont mis à contribution pour amener les bénéficiaires à adopter les comportements du mode de vie souhaités.

Deux doctorants et quatre étudiants en master sont positionnés sur le projet.

Colette Azandjeme : cazandjeme@irsp-ouidah.org