Maladies cardiovasculaires

Un décès sur trois dans le monde est d’origine cardiovasculaire

Les cardiopathies ischémiques et les accidents cérébrovasculaires sont les deux premières causes de mortalité et, combinées, la première cause d’incapacité dans toutes les régions du monde à l’exception de l’Afrique sub-saharienne — où l’infection VIH/SIDA reste la première cause de mortalité et la deuxième cause de morbidité (Lopez et al 2006).

Dans l’ensemble des pays en développement, les maladies cardiovasculaires tuent deux fois plus que le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose réunis. En 2005, approximativement dix-huit millions de personnes sont décédées de maladies cardiovasculaires dans le monde. 80% de ces décès sont survenus dans les pays en développement (Abegunde et al 2007).

À l’horizon 2020 dans les économies en développement, les cardiopathies ischémiques devraient augmenter de 120% chez les femmes et 137% chez les hommes. Pour la même période dans les économies développées, cette augmentation devrait être de 30% et 60%, à âge égal pour les femmes et les hommes respectivement (Gaziano et al 2006) .

Le fardeau de mortalité et de morbidité cardiovasculaire s’alourdit partout dans le monde. Mais le problème se pose en des termes différents dans les pays développés et dans les pays en développement.

Consultez notre dossier thématique complet sur les maladies cardiovasculaires