Recherche

rechercheLes besoins de recherche pour faire échec aux maladies chroniques liées à la nutrition sont importants. Parmi les besoins prioritaires, citons notamment :

      • La production de données épidémiologiques sur les maladies chroniques et leurs déterminants
      • La compréhension approfondie de la transition nutritionnelle en lien avec les facteurs psychosociaux
      • Le développement d’outils de communication nutritionnelle
      • L’évaluation des interventions préventives en termes d’efficacité et de coût.

Alors que jusqu’à maintenant les programmes de surveillance alimentaire et nutritionnelle dans les pays en développement se sont surtout centrés sur l’insécurité alimentaire et la dénutrition infantile, il apparaît de plus en plus nécessaire de suivre aussi les facteurs ou marqueurs de risque de maladies chroniques.

L’OMS a développé l’approche STEPwise qui comporte 3 stades de complexité. Il s’agit d’enquêtes plus ou moins approfondies qui cernent, par exemple, l’obésité, le tabagisme, la sédentarité, l’hypercholestérolémie, l’hypertension et la faible consommation de fruits et légumes. Plusieurs pays en développement ont déjà procédé à de telles enquêtes, ce qui les aide dans leur plaidoyer en faveur d’actions ciblant les maladies chroniques; on citera, en Afrique, le Bénin, la Guinée et le Niger.

D’autres outils de surveillance épidémiologique sont les enquêtes mondiales sur le tabagisme chez les jeunes et les enquêtes en milieu scolaire, sans parler des enquêtes démographiques et de santé et des enquêtes longitudinales sur le vieillissement de l’OMS (SAGE).

Le Pôle DFN et la recherche

Le Pôle DFN accorde ainsi une importance de premier plan à la recherche dans le domaine de la nutrition. La stratégie d’intervention intégrée du Pôle DFN lui permet d’aborder la recherche sous plusieurs angles : la recherche épidémiologique sur la transition nutritionnelle et sur le double fardeau de la malnutrition, le recherche-action dans le cadre de la mise en oeuvre de l’Initiative des écoles amies de la nutrition à Cotonou et à Ouagadougou ainsi qu’auprès des groupes d’entraide et de soutien, et la recherche en lien avec les activités de plaidoyer du Pôle DFN.