Mission

Le double fardeau nutritionnel, un défi d’envergure pour les systèmes de santé africains

Les systèmes de santé africains, habitués à composer avec les problèmes nutritionnels associés à la dénutrition et aux carences en micronutriments, sont de plus en plus confrontés à la prise en charge des problèmes dits de surcharge, tels que l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires. La coexistence des troubles carentiels et de ces maladies chroniques liées à la nutrition (MCLN), connue comme le «double fardeau nutritionnel», constitue un défi majeur pour des systèmes de santé fragiles et appelés à fonctionner dans un contexte caractérisé par la rareté des ressources. Le phénomène est d’autant plus préoccupant que la progression des MCLN est exacerbée par la transition nutritionnelle — occidentalisation de l’alimentation et du mode de vie, urbanisation galopante et évolution économique et technologique —, qui s’opère actuellement dans les pays d’Afrique de l’Ouest comme dans la plupart des pays en développement.

La nutrition au cœur du développement des systèmes de santé

Créé en 2008, le Pôle francophone sur le double fardeau nutritionnel (DFN) est une initiative visant à articuler une réponse efficace et coordonnée à ce phénomène qui contribue à creuser les inégalités sanitaires et sociales. Pour ce faire, le Pôle DFN préconise l’avancement, le partage et la diffusion des connaissances scientifiques dans le domaine de la nutrition. Partenariat institutionnel orienté vers la santé et le bien-être des populations, le Pôle DFN s’incarne par la mise en commun de l’expertise et des ressources d’institutions de formation et de recherche, de professionnels et d’organisations de la santé et d’acteurs de développement intervenant en nutrition dans l’espace francophone ouest-africain. Il constitue en ce sens un instrument de plaidoyer puissant pour faire résonner, à l’échelle régionale, la voix des populations.

Le Pôle DFN a donc une double mission. Elle consiste d’une part à outiller les systèmes de santé ouest-africains pour faire face au double fardeau nutritionnel le plus adéquatement possible, tout en veillant d’autre part à attirer l’attention des décideurs et à les convaincre d’agir pour atténuer les conséquences du double fardeau nutritionnel sur les populations.